lundi 24 juillet 2017

L'examen du code de la route privatisé

Bouleversement dans le monde du permis de conduire


L'année 2016 aura été marqué par un changement de grande ampleur dans le monde du permis de conduire : la privatisation de l'épreuve théorique du code de la route.
Alors que depuis toujours, les auto écoles avaient l'habitude de recevoir chaque mois leur places pour l'examen du code, réparties par les préfectures et DDT, voilà que soudainement (enfin on nous a quand même prévenu un peu en avance !), finies les demandes en préfecture pour obtenir les quelques places de code avec lesquelles nous ne pouvions jamais caser tous nos élèves.

Comme pour tout changement important, les innombrables questions, peurs et angoisses diverses ont fait surface dans la profession (on aura moins de places ... Combien ça va coûter ... Et si l'informatique plante ... C'est quoi un ordi ? ...). Il est bien naturel de se méfier des réformes et de se demander à quelle sauce nous serons manger.
Et bien surprise (bonne!), cette fois tout a bien marché et après 1 ou 2 mois de rodage, la machine s'est bien mise en marche et elle ronronne gentiment depuis.

Pour les auto écoles c'est une révolution : plus de problèmes de places insuffisantes (du moins pour notre auto école et d'autres collègues sur notre centre d'Annonay), les réservations se font plus simplement (bon, ça se paie : 30€ par élève...) et la possibilité de placer nos élèves sur un examen n'importe où en France, tout cela est quand même très positif.

Les deux acteurs principaux dans l'organisation de ce nouvel examen du code sont La Poste et la société SGS. Personnellement, j'utilise les deux plateformes pour mes élèves, ce qui offre encore plus de choix de dates et lieux d'examen.
Leurs plateformes Internet sont relativement faciles d'utilisation et bien pensées pour nous, pauvres moniteurs qui avons vu la fin du minitel ...

L'apprentissage du code reste le même ...

Attention, le nouvel examen du code de la route n'est pas plus facile qu'avant. Je ne dirai pas non plus qu'il est plus dur pour ne pas affoler les élèves, mais il est plus fourni et les thématiques ont été élargies avec des sujets comme l'éco-conduite, les nouvelles technologies et un travail supplémentaire sur le comportement du conducteur.
Donc ce n'est pas plus "dur", mais il faut apprendre de nouveaux thèmes plus pointus qui demandent une formation encadrée par les professionnels, j'ai nommé : les auto écoles et les éditeurs nationaux de tests !

Matthieu Jonac

AEADC auto école
La boutique du code
L'examen du code avec la Poste
L'examen du code avec SGS

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire